Le premier ministre nous a informé hier que le département de la SOMME était sous surveillance renforcée au regard d'une évolution inquiétante de la propagation du virus. 

Madame la préfète nous a apporté des précisions dans le courrier ci-dessous:  

Mesdames et Messieurs,


Je reviens vers vous à la suite de l’allocution du Premier ministre de ce jour et de l’annonce de la mise sous surveillance du département de la Somme dans le cadre du suivi de la situation sanitaire.

La situation sanitaire s’est en effet dégradée au plan national comme au plan départemental.
 

Avec 19 autres départements, la Somme fait ainsi partie des territoires mis sous surveillance du fait d'indicateurs épidémiologiques en aggravation.

Cette dégradation est appréciée au regard de plusieurs indicateurs : un taux d’incidence supérieur à 250 cas pour 100 000 habitants, une part de variants supérieure à 50 % parmi les tests réalisés, une pression hospitalière critique et une circulation virale qui s’accélère. Dans la Somme, le taux d’incidence est de 297 et connaît une évolution haussière.

Cette surveillance vise à mobiliser tous les acteurs pour mettre en œuvre les actions destinées à inverser cette tendance.

Cette surveillance ne signifie pas que des mesures complémentaires sont prises immédiatement. Il n’y a pas à ce stade de mesure de confinement pour le département de la Somme.

Dans l’immédiat, une concertation est mise en œuvre avec les élus nationaux et locaux de la Somme afin d’identifier les mesures de sécurité sanitaire renforcée à prendre pour le département.

Ce type de concertation a encore été récemment mise en œuvre au mois de janvier pour apporter des réponses à la situation sanitaire dans l’ouest du département.

En fonction de cette nouvelle concertation, de l’évolution épidémiologique que les autorités sanitaires surveillent quotidiennement et de la prochaine réunion du Conseil de défense, des mesures de sécurité sanitaire renforcée pourront être décidées dans les prochains jours.

Ces mesures territorialisées seront adaptées et proportionnées et soumises à l’avis de l’Agence régionale de santé.

Il nous faut collectivement rester mobilisés pour lutter contre la propagation du virus et respecter les mesures de sécurité sanitaire déjà en vigueur.

La période des vacances scolaires et une météo clémente sont favorables aux comportements à risque tels que les rassemblements ou la consommation de produits alimentaires et de boissons sur la voie publique. Je comprends le besoin qui s’exprime de pouvoir profiter de ces jours, mais j’en appelle à la responsabilité individuelle et collective dans nos comportements.

J’ai demandé aux forces de l’ordre de renforcer dès ce soir les contrôles des mesures destinées à limiter la propagation du virus. Ces contrôles sont renforcés dès ce soir pour s’assurer du respect :

  • du port du masque dans les communes où il est rendu obligatoire ;
  • des horaires du couvre-feu entre 18h et 6h ;
  • des jauges de fréquentation dans les établissements recevant du public et notamment dans les commerces ;
  • de l’interdiction des rassemblements, réunions ou activités sur la voie publique ou dans un lieu ouvert au public mettant en présence de manière simultanée plus de six personnes.

Depuis la mise en œuvre du couvre-feu, 16 300 personnes ont été contrôlées dans le département.

La meilleure protection contre le virus réside dans l’application stricte des gestes barrières. Pour freiner la propagation de l’épidémie, le plus efficace est de limiter ses interactions sociales et de respecter les mesures suivantes :

  • se laver régulièrement les mains ou utiliser une solution hydro-alcoolique ;
  • tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir ;
  • se moucher dans un mouchoir à usage unique puis le jeter ;
  • éviter de se toucher le visage ;
  • respecter les mesures de distanciation sociale dans toutes les circonstances ;
  • saluer sans se serrer la main et arrêter les embrassades ;
  • porter le masque.

* * *

Je reviendrai vers vous à échéances régulières pour vous tenir informés de l’évolution de la situation.
 

Très cordialement,

Muriel Nguyen,

Préfète de la Somme

Présentation1_élus